Vaginisme

Le vaginisme est une contraction musculaire prolongée ou récurrente des muscles du plancher pelvien qui entourent l'ouverture du vagin.



Catégories :

Maladie en gynécologie - Trouble sexuel et trouble de l'identité sexuelle - Problème physique affectant la sexualité - Terme médical commençant par V

Le vaginisme est une contraction musculaire prolongée ou récurrente des muscles du plancher pelvien qui entourent l'ouverture du vagin. Cette action réflexe, involontaire et incontrôlable, empêche de façon persistante toute pénétration vaginale désirée, même par un doigt ou un tampon hygiénique. Sa source est toujours psychologique, mais découle fréquemment d'une source physiologique. Une tentative de pénétration en dépit d'un vaginisme peut entraîner de graves douleurs (dyspareunie) qui vont fréquemment l'exacerber.

Épidémiologie

Sa prévalence chez la femme serait comprise entre moins de 5% et jusqu'à 10% suivant les statistiques[1].

Types de vaginisme

Le vaginisme est qualifié, selon le cas :

Le vaginisme peut être total ou partiel. Dans ce dernier cas, la pénétration est complexe et fréquemment douloureuse.

Causes

Le vaginisme, fréquemment associé à une dyspareunie, a de nombreuses causes physiques et psychologiques, parmi lesquelles :

Un vaginisme avec absence de règles (aménorrhée) peut aussi être le signe d'un vagin trop petit - de quelques centimètres (syndrôme de Rokitansky), qui se soigne particulièrement bien étant donné que le diagnostic est correctement posé.

Des causes psychologiques sont envisageables : un abus sexuel ou une attitude plus fermée vis-à-vis de la sexualité sont plus souvent retrouvées chez les femmes souffrantes de vaginisme[2].

Une cause neurologique centrale peut être retrouvée occasionnellementsans explication locale[3].

Le vaginisme allégué peut être aussi une manifestation non avouée de l'impuissance du conjoint, pouvant être résolu par le traitement médical de ce dernier[4].

Conséquences

Les douleurs vaginales lors du rapport et la peur réflexe empêchant toute pénétration ont en commun la mise en place d'un cercle vicieux où l'anticipation de la douleur et les stratégies d'évitements renforcent le blocage et entraînent un sentiment de culpabilité chez la femme atteinte.

Les conséquences des vaginismes peuvent être dramatiques pour l'équilibre sexuel et affectif des couples avec quelquefois une incapacité à avoir des enfants - la pénétration étant hors de question - ou même le développement de maladies non détectées par le simple suivi gynécologique chez la femme vaginique primaire (examen rendu impossible car «les jambes restent serrées»).

Du fait du tabou entourant fréquemment les problèmes liés à la sexualité, le vaginisme et les dyspareunies sont toujours particulièrement peu connues tandis qu'ils se soignent particulièrement bien chez les patientes motivées étant donné que le diagnostic a été correctement posé.

Le vaginisme peut empêcher aussi un examen gynécologique et la réalisation de certains actes médicaux, tel qu'un frottis de dépistage[1].

Traitements

Un contrôle gynécologique est indispensable, afin d'exclure toute anomalie physique ou maladie infectieuse.

Une rééducation avec des dilatateurs vaginaux (aussi nommés bougies) peut s'avérer utile dans l'ensemble des cas avec des exercices de dilatations régulières et progressives. L'efficacité réelle reste à évaluer[5].

Dans les cas de douleurs vaginales suites à radiothérapie du col de l'utérus ou du rectum dans le cas d'un cancer, il est fortement recommandé d'utiliser des dilatateurs vaginaux à cônes carrés qui permettront d'enlever les adhérences qui se forment dans la partie supérieure du vagin et de retrouver l'élasticité de ce dernier. Le début de la rééducation doit se faire le plus tôt envisageable afin d'éviter la sténose du vagin.

Une psychothérapie cognitivo-comportementale pourrait avoir une relative efficacité[6] mais aussi des consultations de sexologie. De même, des thérapies de relaxation musculaire peuvent aider[1], mais aussi des techniques reposant sur le biofeedback[7].

Si l'objectif de la demande est un désir de grossesse, une procréation médicalement assistée peut être proposée.

L'injection locale de toxine botulique entraîne un relâchement musculaire au bout de plusieurs jours, qui peut durer quelques mois. Des résultats préliminaires sont encourageants[8].

Notes et références

  1. Crowley T, Goldmeier D, Wadsworth J, Hiller J, Diagnosing and managing vaginismus, BMJ 2009;338 :b2284
  2. Reissing E, Binik Y, Khalife S, Cohen D, Amsel R, Etiological correlates of vaginismus : sexual and physical abuse, sexual knowledge, sexual self-schema, and relationship adjustment, J Sex Marital Ther, 2003;29 :47-59
  3. Frasson E, Graziottin A, Priori A, Dall'ora E, Didonè G, Garbin EL et Als. Central nervous system abnormalities in vaginismus, Clin Neurophysiol, 2009;120 :117-22
  4. Zargooshi J, Male sexual dysfunction in unconsummated marriage : long-term outcome in 417 patients, J Sex Med, 2008;5 :2895-903
  5. McGuire H, Hawton KKE, Interventions for vaginismus, Cochrane Database Syst Rev, 2001; (2)  :CD001760
  6. Van Lankveld JJ, ter Kuile MM, de Groot HE, Melles R, Nefs J, Zandbergen M, Cognitive-behavioral therapy for women with lifelong vaginismus : a randomized waiting-list controlled trial of efficacy, J Consult Clin Psychol, 2006;74 :168-78
  7. Seo JT, Chœ JH, Lee WS, Kim KH, Efficacy of functional electrical stimulationbiofeedback with sexual cognitive-behavioral therapy as treatment of vaginismus, Urology. 2005;66 :77-81
  8. Eccleston KJ, Woolley PD, Botulinum toxin for urogenital conditions, Int J STD AIDS, 2008;19 :797-9

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Vaginisme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu