Tampon hygiénique

Un tampon hygiénique ou tampon périodique est un système absorbant jetable, le plus fréquemment en viscose quelquefois agrémenté d'un voile de coton, inséré dans le vagin comme protection hygiénique afin d'absorber le sang pendant les menstruations.



Catégories :

Hygiène féminine - Hygiène

Tampon hygiénique avec applicateur
Schéma du positionnement d'un tampon.

Un tampon hygiénique ou tampon périodique est un système absorbant jetable, le plus fréquemment en viscose quelquefois agrémenté d'un voile de coton, inséré dans le vagin comme protection hygiénique afin d'absorber le sang pendant les menstruations.

Histoire

Les égyptiennes de la noblesse pharaonique utilisaient des petites baguettes en bois entourées de lin, de coton ou de laine. L'idée est présente dans de nombreuses civilisations (grecques, romaines, japonaises). La représentation du corps féminin dans les religions monothéistes n'a pas encouragé cette pratique.

En 1931 un médecin américain, le Dr Earl Haas, proposa de reprendre le principe du tampon chirurgical pour remplacer les serviettes hygiéniques, source d'infections. Pour éviter que ce tampon ne soit contaminé, par des mains (sales) lors de son introduction, il inventa un tube applicateur aseptisé et un cordon cousu au tampon. Il baptisa son invention Tampax en contractant les mots tampons et pack le mot tampax fait partie des marques utilisées comme noms. Il fit breveter son invention le 19 novembre 1931 mais échoua dans sa tentative de rendre publique son invention.

1933, une femme d'affaires de Denver, Gertrude Tenderich, racheta la licence pour 32 000. L'utilisation du tampon hygiénique se généralisa après la Seconde Guerre Mondiale.

1951 : Tampax est lancé en France.

en 1997 : Tampax est racquis par Procter & Gamble.

Fabrication

Les tampons sont blanchis au chlore. L'émission «World in Action», programmée à la télévision anglaise en 1989, a attiré l'attention sur les effets et les origines de la pollution à la dioxine et son implication dans la production de produit d'hygiène

Composition

Aucun fabricant n'imprime sur les boîtes la composition de ses tampons, il est complexe de savoir ce que contient précisément un tampon.

Sur son site la marque Tampax indique que ces tampons sont en viscose (rayonne en anglais) depuis 25 ans. C'est le cas de la majorité des tampons actuels qui sont surtout en viscose mélangée à légèrement de coton.

Il existe une marque de tampon biologique Natracare qui propose des tampons complètement naturels et composés à 100 % de coton biologique non blanchi au chlore, sans plastique, sans parfum.

Présentation

Les tampons sont commercialisés sous deux formes.

Il existe plusieurs tailles de tampons hygiéniques, afin d'adapter au mieux la garniture au débit des menstruations.

Idées reçues

Le tampon hygiénique représente une alternative intéressante à la serviette hygiénique, quoiqu'il jouisse quelquefois d'une mauvaise réputation auprès des toutes jeunes filles. Ainsi, un certain nombre de légendes entourent cet objet.

L'impact de la fabrication de tampons sur l'environnement

Les procédés de fabrication des protections périodiques jetables sont particulièrement polluants et utilisent des produits chimiques (plastiques, résines, liants, fabrication de fibres synthétiques comme la rayonne, blanchiment etc. ). L'O. N. G. Greenpeace affirme que cette industrie est l'une des plus polluantes du monde. L'argumentation hygiéniste conduit à une surenchère d'emballage (plastique individuel, boîte, applicateurs en carton ou en plastique etc). La gestion de ces déchets, surtout non dégradables, est problématique. Les protections périodiques jetables sont le plus fréquemment incinérés mais également enfouit sur des sites de déchets. Ces protections mettent 500 ans à se dégrader et sont une source microbienne. Les tampons et les applicateurs sont jetés dans les toilettes. Ils se retrouvent dans les océans et posent de nombreux problèmes aux poissons ainsi qu'aux mammifères aquatiques.

Seulement pour la France, à peu près 16 millions de femmes sont en âge d'avoir des règles[1]. Une seule femme utilise, en moyenne, 3 tampons ou 3 serviettes jetables pendant 4 jours l'ensemble des mois, le total est de 144 jetables sur une année, en multipliant ce chiffre par le nombre de femmes françaises, le résultat impressionnant est de : 2 304 000 000 tampons et serviettes jetées en un an dans un seul pays.

Il existe des alternatives écologiques aux tampons comme la coupe menstruelle ou les éponges menstruelles.


Références

  1. GYNÉCOLOGIE ET SANTÉ DES FEMMES. La demande de soins 1A. Démographie féminine

Voir aussi


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Tampon_hygi%C3%A9nique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu