Restauration du prépuce

La restauration du prépuce est le processus d'augmentation de la peau du pénis, par des techniques chirurgicales ou des méthodes non chirurgicales d'expansion, visant à remplacer le prépuce qui couvre le gland du pénis.



Catégories :

Pénis - Anatomie de l'appareil reproducteur masculin - Appareil reproducteur - Sexualité - Traitement chirurgical en urologie - Circoncision - Mutilation génitale

La restauration du prépuce est le processus d'augmentation de la peau du pénis, par des techniques chirurgicales (on parle alors de reconstruction du prépuce) ou des méthodes non chirurgicales d'expansion, visant à remplacer le prépuce qui couvre le gland du pénis. Les hommes souffrant de phimosis peuvent utiliser des techniques identiques à la restauration non chirurgicale du prépuce pour remédier à cette condition. Les raisons, fréquemment citées par ceux qui entreprennent une restauration du prépuce, sont le perfectionnement du plaisir sexuel, le confort procuré par la protection de tissus sensibles et le retour du pénis à son aspect naturel.

Aperçu historique

Des techniques de restauration ont été utilisées par certains juifs dès la Grèce Hellénistique ou la Rome antique[1]. Plus tard, au cours de la Deuxième Guerre mondiale, certains juifs cherchèrent à utiliser ce genre d'opération pour tenter d'échapper aux nazis qui les persécutaient[2][3]. La restauration du prépuce s'est récemment développée aux États-Unis avec l'invention de divers systèmes et procédés d'expansion des tissus et la constitution de groupes de soutien pour ceux qui entreprennent une restauration non chirurgicale. Ces associations militent aussi contre la circoncision s'inscrivant ainsi dans le «mouvement pour l'intégrité génitale». En France, ce mouvement est représenté par l'Association contre la Mutilation des Enfants.

La restauration chirurgicale

La restauration chirurgicale du prépuce a plusieurs fois été essayée en Amérique du Nord. Elle consiste à greffer des morceaux de peau pour reconstituer un prépuce. Cependant les résultats sont mitigés, ceux qui l'ont subie ne sont pas forcément satisfaits et en particulier de nombreuses complications post-opératoires ont été constatées (rejet de la greffe principalement). En outre le prix en est pour énormément rédhibitoire.

La restauration non chirurgicale

La restauration du prépuce peut aussi être réalisée par des méthodes moins invasives, faisant appel à l'expansion des tissus. L'épithélium, quand soumis de façon prolongée à une tension mécanique d'intensité adaptée, produit de nouvelles cellules qui vont augmenter la quantité totale de tissus disponible. Il s'agit en fait d'étirer la quantité plus ou moins grande de peau et muqueuse disponible sur le tronc du pénis.

Une restauration «complète» peut prendre de six mois à plusieurs années. Elle est le plus souvent mise en œuvre par l'intéressé. C'est la méthode de restauration la plus commune de par son coût particulièrement modique.

Techniques de restauration non chirurgicale

Ca before after.jpg

Il existe diverses méthodes et systèmes plus ou moins adaptés pour chaque stade de la restauration qui permettent d'obtenir une traction convenable du repli de peau disponible vers l'extrémité du pénis. Certaines d'entre elles utilisent du ruban adhésif médical (sparadrap hypoallergénique)  :

Prépuce artificiel

Au lieu de restaurer un prépuce, certains préfèrent utiliser d'autres moyens pour recouvrir leur gland. Ceux dont la circoncision a laissé suffisamment de peau intacte peuvent utiliser des accessoires pour maintenir celle-ci en place autour du gland (un tel dispositif existait chez les Grecs sous le nom de kynodesme). L'entreprise Viafin-Atlas vend une "prothèse de prépuce" qui sert à maintenir le gland dans un environnement humide. D'autre part il existe un autre produit, Manhood, qui protège le gland des frottements avec les vêtement pour restaurer partiellement la sensibilité naturelle du gland.

Avantages et limites de la restauration du prépuce

De nombreux hommes ayant mené à terme une restauration témoignent d'une augmentation du plaisir sexuel comparé au temps où ils étaient circoncis mais en particulier d'un progrès sur le plan psychologique, lorsque la circoncision a été vécue comme un traumatisme.

Cependant, si la restauration sert à retrouver un pénis à l'aspect naturel et de recouvrer dans une large mesure les fonctions protectrice et mécanique, il est peu probable qu'elle permette de régénérer les terminaisons nerveuses perdues définitivement lors de la circoncision avec les tissus extirpés.

Références

  1. Urofrance
  2. (en) Perel, Solomon, Europa Europa, John Wiley & Sons Inc, 1997 
  3. Leonard Tushmet, «Uncircumcision», dans Medical Times, vol.  93, no 6, 1965, p.  588-93 [texte intégral] 

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Restauration_du_pr%C3%A9puce.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu